•  

     

    Voici un des exemples les plus criants de la trahison du christianisme

    L'Evangile dit expressément:

    "Mais vous,ne vous faites pas appeler Rabbi,car vous n'avez qu'un seul Maître ET VOUS ETES TOUS FRERES.

    Et sur terre,ne donnez à personne le nom de père,car vous n'avez comme seul Père,celui du ciel.Ne vous faites pas nommer guides;car vous n'avez qu'un seul guide,le Christ.

    Le plus grand parmi vous sera votre serviteur.Quiconque s'élèvera sera abaissé,et quiconque s'abaissera sera élevé.

    (Matthieu:23:8/12)

    Bouffis d'orgueil,la curetaille n'a cure des paroles de l'Evangile.Les esprits catholiques sont tellement formatés  qu'un homme de 8O ans appelle père,un curé gamin de 40 ans.

    Notons aussi que le mot abbé doit être banni,car il vient d' abba qui en araméen signifie père.

    Mais il y a beaucoup plus grave.Il faut parler de la pédophilie dans l'Eglise.Si l'enfant innocent appelle le cureton père,il lui témoigne obéïssance et respect,fut-il le plus salaud du monde.

    C'est ainsi que la pédophilie dans l'Eglise s'installe car le curé n'oserait pas s'attaquer à son égal.Il s'attaque comme un vautour à des êtres sous son emprise psychologique.

    Leur violence fanatique s'explique de la même façon.

    On appelle le pape le saint père.Encore une abomination.Beaucoup de papes ont été des criminels,dont le premier,st pierre qui a fait mourir Ananie et son épouse Saphire.Les papes on t utilisé le crime et le poison pour éliminer leurs concurrents.Le dernier en date est Jean Paul Ier,empoisonné par la curie.

    Voir le livre de David Yallop "Au nom de Dieu"

    Les papes ont été à l'origine de l'Inquisition,de la torture,des guerres,des croisades.Et par ses liens avec la mafia,le Vatican est devenu la synagogue de Satan.

    Le pape est tout ce que l'on veut sauf un  saint père.

    Appeler un  évêque Monseigneur est une abomination.C'est par exemple ce monseigneur Barbarin,évêque de Lyon qui a couvert les affaires de pédophilie dans son diocèse.

    Les prêtres sont des êtres humains,ils sont frères en humanité et appeler père des gamins immatures qui n'ont jamais transpiré dans un travail pour gagner leur pain est le propre de l'imbécillité du genre catho.

     

    Appeler père,ces gamins malfaisants qui distillent leur débilité, renforce leur égo,déjà démesuré.Ce n'est pas leur rendre service.


  •  

    Pédophilie dans l'Église: les silences du cardinal Barbarin en procès

    Publié le dimanche 6 janvier 2019 à 9h07 par France Inter

    Le procès du cardinal Barbarin et d'autres responsables religieux s'ouvre ce lundi à Lyon. C'est son silence dans l'affaire de pédophilie du père Preynat notamment qui est en cause.

     

    Le cardinal Barbarin dans la cathédrale Saint-Jean à Lyon © AFP / JEFF PACHOUD

    "Je n'ai qu'un seul juge qui est le Seigneur", affirmait récemment, à Lourdes, le cardinal Philippe Barbarin. Lundi, l'archevêque de Lyon doit comparaître devant la justice des hommes, accusé de lui avoir caché le passé pédophile du père Preynat.  Avec lui, cinq anciens membres du diocèse, dont l'archevêque d'Auch et l'évêque de Nevers, sont convoqués devant le tribunal correctionnel jusqu'à mercredi pour ne pas avoir dénoncé des agressions sexuelles commises sur de jeunes scouts avant 1991.

     

    Ils sont cités à comparaître pour non-dénonciation d'agressions sexuelles sur mineur.  Le préfet du Vatican, poursuivi, ne sera pas présent, le Vatican invoquant son immunité.

     

    Sur le banc des parties civiles, des victimes du Père Preynat, 72 ans, qui ont découvert, adultes, que celui qu'ils accusent de pédophilie était toujours au contact avec des enfants.  

     

    Le prélat de 68 ans, en poste à Lyon depuis 2002, incarne en France la crise d'une Église confrontée partout aux déviances des uns et aux silences des autres - que le pape François appelle à rompre tout en soutenant le primat des Gaules quand d'autres réclament sa démission.  

     

    Le scandale lyonnais a éclaté en 2015 avec la mise en cause du père Bernard Preynat pour des abus commis un quart de siècle plus tôt. Parce qu'il était au courant de ces agissements anciens, des victimes ont aussi porté plainte contre Mgr Barbarin, estimant qu'il aurait dû lui-même dénoncer le prêtre à la justice.  Après six mois d'enquête et dix heures d'interrogatoire du cardinal par la police, le parquet de Lyon a classé l'affaire sans suite à l'été 2016.  Mais des plaignants ont lancé depuis une procédure de citation directe devant le tribunal.

     

    Trois d'entre eux ont lancé l' association La Parole Libérée qui a recensé 85 victimes présumées (les faits sont prescrits pour une majorité). Neuf sont parties civiles à ce procès dont François Devaux, 39 ans. 

     

    _"Ce n'est pas le procès d'un homme" - le cardinal Barbarin- mais celui d'un système estime immédiatement François Devaux, habitué à ce qu'on l'interroge sur ce face à face attendu au tribunal.  "Ce procès c'est la fin d'un combat, un aboutissement" dit François Devaux. Il a fallu effacer la honte pour créer l'association La Parole libérée qui va être mise en sommeil. Il ne reçoit presque plus de menaces mais toujours beaucoup d'appels de victimes. L'Eglise n'a selon lui pas assez avancé sur la pédophilie  "Notre stratégie était d'alerter l'opinion publique et les politiques, on a réussi"  poursuit François Devaux et "qu'elle soit l'issue de ce procès, ça ne m'empêchera pas de dormir"

     ===============================================================================

    Pédophilie dans l’Eglise catholique : le pape François fait trop peu, trop tard

    Editorial. En visite en République d’Irlande, le souverain pontife a demandé le pardon des fidèles pour les violences sexuelles impliquant l’Eglise.

     

    Par Le Monde Publié le 27 août 2018 à 11h27 - Mis à jour le 27 août 2018 à 17h20

     

    Editorial du « Monde ». Le flot des révélations sur les violences sexuelles au sein de l’Eglise catholique semble ne jamais devoir se tarir. Tout l’été, juges, enquêteurs et procureurs de Pennsylvanie, du Chili ou d’Australie ont alimenté la sinistre chronique de plus de trois décennies d’agressions. En République d’Irlande, cette tragédie a encore dominé la visite du pape François, qui a demandé avec insistance, dimanche 26 août, le pardon des fidèles.

     

    Cette contrition pontificale ne suffira cependant pas à rétablir l’image dévastée de l’Eglise et de son clergé. Dimanche, au lendemain de la rencontre du pape avec des victimes de prêtres irlandais, un ancien nonce apostolique aux Etats-Unis, Mgr Carlo Maria Vigano, accusait François, dans une lettre rendue publique, d’avoir lui-même longtemps couvert les abus commis par l’ex-cardinal Theodore McCarrick, archevêque de Washington, qu’il a fini par démettre du Sacré Collège en juillet. L’ancien nonce, proche de Benoît XVI et connu pour son opposition à François, n’est pas neutre, et le pape s’est ouvertement refusé à commenter ses accusations, demandant aux journalistes de les lire attentivement et de formuler leur propre jugement. Mais le sommet de l’Eglise est aujourd’hui si fragilisé par l’étendue de ces scandales que cette lettre a suffi à empoisonner la dernière journée de la visite du pape en Irlande.

     

    Lire aussi  Pédophilie dans l’Eglise : un prélat accuse le pape d’avoir couvert un cardinal américain

    Trop peu, trop tard. A force d’avoir procrastiné et faute d’avoir mesuré en temps utile l’ampleur de la déflagration de ces scandales au sein de la communauté catholique, c’est aujourd’hui le chef de l’Eglise, le pape François, qui en paie le prix. Elu en 2013, il était apparu comme l’une des dernières figures susceptibles d’avoir un discours moral de portée universelle sur les grands sujets d’actualité. Ses propos dénonçant l’inhumanité du traitement des migrants, la puissance de l’argent et les ravages du réchauffement climatique ont fait naître cet espoir.

     

    Le dossier chilien

    Mais les affaires de violences sexuelles qui n’ont cessé d’éclater au sein de l’Eglise ont fini par le rendre inaudible sur les autres sujets. Depuis le mois de janvier et sa désastreuse visite au Chili, on ne guette quasiment plus, de sa part, que des commentaires sur le dernier scandale mis au jour. Sur le dossier chilien, il s’est d’ailleurs lui-même mis en position d’accusé, en prenant parti pour un évêque controversé sans même avoir entendu les victimes.

     

     

    Le Vatican affirme avoir pris des mesures, depuis le début des années 2000 et les révélations sur les scandales du diocèse de Boston et les mauvais traitements infligés aux enfants dans les institutions irlandaises, pour briser l’omerta et prévenir de nouveaux abus. Ce n’est pas faux – mais c’est insuffisant.

     

     

    Ainsi, aucun mécanisme permettant de juger la responsabilité d’évêques ayant protégé des prêtres dont les abus étaient portés à leur connaissance n’a été mis en place. En outre, l’opacité demeure totale sur la « gestion de carrière », par le Vatican, de figures telles que celle du cardinal déchu Theodore McCarrick, dont apparemment beaucoup de monde connaissait la pratique de mettre des séminaristes dans son lit. Enfin, les mesures prises pour prévenir les abus du clergé sont limitées à quelques pays occidentaux ; rien ne semble prévu dans les diocèses d’Afrique ou d’Asie. Tant que cette réforme ne sera pas vraiment engagée, dans un effort résolu de transparence, le pape François sera privé de son magistère moral


  •  

     

     

    Photos non datées du père Bernard Preynat collectées par \"Complément d\'enquête\" de France 2 en avril 2016.

    RECIT. "JE L'AI CRU" : COMMENT UN PRÊTRE PÉDOPHILE DU DIOCÈSE DE LYON A ÉCHAPPÉ À LA JUSTICE PENDANT 30 ANS

    Son cas est devenu emblématique du scandale de pédophilieauquel est confrontée l’Eglise catholique de France. Bernard Preynat, un prêtre lyonnais de 72 ans, a été mis en examen pour des abus sexuels qu'il aurait perpétrés sur de jeunes scouts de sa paroisse dans les années 1980-1990. Mais il a fallu la persévérance de ses victimes déclarées, rassemblées au sein de l’association La Parole libérée, pour que le diocèse de Lyon sévisse enfin, alors que les faits reprochés à cet homme auraient été connus depuis longtemps de sa hiérarchie. Y compris du cardinal Barbarin, archevêque de Lyon depuis 2002, qui va être jugé du lundi 7 au mercredi 9 janvier pour non-dénonciation d'agressions sexuelles. Voici l’histoire de ce long combat pour la vérité.

     

     

    Photo non datée du père Bernard Preynat avec des scouts du groupe Saint-Luc, diffusée par \"Complément d\'enquête\" de France 2 en avril 2016.

    Photo non datée du père Bernard Preynat avec des scouts du groupe Saint-Luc, diffusée par "Complément d'enquête" de France 2 en avril 2016. ("COMPLEMENT D'ENQUETE" / FRANCE 2 / BAPTISTE BOYER / FRANCEINFO)

    "TU ES MON GRAND GARÇON, C'EST NOTRE SECRET"

    Le "père Bernard" : c’est ainsi que l’appellent affectueusement les paroissiens de l’église Saint-Luc de Sainte-Foy-lès-Lyon, commune huppée de la banlieue lyonnaise, où il officie de 1971 à 1991. Les ouailles chantent les louanges de ce prêtre brillant et dynamique qui encadre les centaines de jeunes scouts de la paroisse. Les activités les samedis et dimanches après-midi, les camps pendant les vacances de printemps et d’été en Allemagne, en Espagne, en Italie, en Grèce, en Corse… Les badges de bon campeur et de bon cuisinier, que les fières mamans cousent sur les pull-overs de leurs louveteaux… Bernard Preynat fait des miracles à la tête du groupe Saint-Luc qu’il dirige depuis son ordination à l’âge de 26 ans. Le dimanche après la messe, on s’enorgueillit dans ces bonnes familles de l’inviter à déjeuner. Le vicaire est pour beaucoup un ami de la famille. "Un homme charismatique", "admiré par tous", "un gourou à qui tout le monde obéissait", comme le décrivent ses victimes déclarées.

     

    Mais dans l’ombre des salles paroissiales, à l’écart dans son bureau, au fond d’un car ou la nuit sous les tentes des camps scouts, ses "chouchous" d’une dizaine d’années à l'époque disent aujourd'hui avoir découvert un tout autre homme. Plus de trente voire quarante ans après les agressions sexuelles et les viols qu’ils décrivent, ces jeunes garçons sont devenus des hommes, pères de famille et toujours catholiques pratiquants pour la plupart. Sur le site de l’association de victimes La Parole libérée, une vingtaine d’entre eux sortent de leur long silence et livrent des témoignages accablants. Ils racontent avoir refoulé pendant des décennies leurs souvenirs traumatisants, mais affirment n'avoir rien oublié de leurs souffrances : ni "son odeur de cigare froid", la "douceur" de ses paroles, "sa respiration qui devenait de plus en plus forte", ni leur "malaise", leur "tétanie", leur "honte"et enfin leur "déni".

     

    "Il ferme la porte. Il me prend dans ses bras. Il passe sa main dans mon short bleu marine, je ne bouge pas. Il me serre fort, très fort. Il m’embrasse dans le cou, se frotte contre ma jambe", se remémore Alexandre. "J’entends encore son souffle et ses mots réconfortants. Il dit qu’il m’aime. Il respire fort, plus fort et puis plus rien. Je sais que cela va s’arrêter. Cela dure… un certain temps, quelques minutes. Il me dit que c’est notre secret."

     

    "A chaque fois ses gestes étaient de plus en plus oppressants, raconte une autre victime, Cyril, sur le site de La Parole libérée. Il m’embrassait sur la bouche et je sentais le contact de sa langue, il me caressait le bas du dos, l’intérieur des cuisses."

     

    Une de ses mains progressait à l’intérieur de mon short pour en arriver entre mes jambes et à me toucher le sexe, pendant que son autre main me faisait toucher son sexe de la même manière.

     

    Cyril, victime déclarée du père Preynat, à La Parole libérée

    "Il m'a entraîné vers sa tente, qu'il a fermée, il m'a serré contre lui, relate Christian. Je tentais de me dégager mais il me serrait plus fort et il a commencé à me caresser, j'étais complètement tétanisé. Je me demandais ce qui m'arrivait. Puis ces caresses sont devenues plus insistantes, il me prenait les mains pour que je le caresse, il m'a allongé par terre dans sa tente, a baissé mon pyjama et a caressé mon pénis. J'avais peur, j'étais glacé, je ne pouvais plus bouger, il s'est serré contre moi en me disant : 'Tu es mon grand garçon, c'est notre secret, il ne faut pas en parler'. Puis il a enlevé son pantalon et m'a forcé à le caresser en me disant que j'étais son garçon, il a continué ses caresses sur moi, je sentais sa respiration qui s'emballait, il fallait que je fasse de même pour lui jusqu'à ce qu'il atteigne son plaisir." Selon Paul, qui se confie à France 2, les attouchements ont duré neuf ans. Son frère aussi dit avoir été une victime du père Preynat.

     

     

     

     

    Au sein de la troupe, les scouts se taisent. "Le mutisme s’installait entre copains, mon pote Régis ou Jérôme ne me disaient rien, quand on sortait de sa tente, c’était comme ça et idem pour moi", confie Eric. Ils tentent d’échapper au prêtre. "En quatre ans de scoutisme de 1978 à 1982, mon seul souci a été d’éviter 'le père Bernard' en plus d’avoir de bonnes notes à l’école", écrit Eric. Les garçons n’osent pas non plus en parler à leurs familles. "Nos parents le trouvaient génial, chez moi mes sanglots auprès de mon père pour ne pas y aller ont été pris pour des caprices", poursuit Eric. Les scouts grandissent. Le père Preynat en marie certains, baptise leurs enfants, raconte "Complément d’enquête", le magazine de France 2. Aujourd'hui, ils s’interrogent : comment se fait-il que les autres adultes n’aient rien vu, rien su ?


  •  

     

    The Huffington Post

     

    29/12/2016 08:41 EST | Actualisé 29/12/2016 08:42 EST

    Le christianisme est la religion la plus criminelle de l'Histoire

    On fait rarement la liste des crimes commis par le christianisme au cours des 20 derniers siècles. La voici très succincte.

    Normand Rousseau Humaniste

     

     

    L'antisémitisme. Les évangiles sont antisémites et le christianisme a été antisémite jusqu'au concile Vatican II à la suite de la Shoah. Des milliers de victimes. Durée: 20 siècles.

     

     

    L'esclavage. Le christianisme s'est appuyé sur la Bible pour justifier et pratiquer l'esclavage jusqu'à la condamnation du pape Grégoire XVI en 1839. Des millions de victimes. Durée: 19 siècles.

    Les déicides. Le christianisme a tué tous les dieux des autres religions sur toute la planète. Des millions de victimes. Durée: 20 siècles.

    La guerre aux hérétiques. Dès Constantin, l'Église a éliminé tous les soi-disant hérétiques. Des milliers de victimes. Durée: 20 siècles.

    Les croisades. Des papes ont lancé les croisades, des agressions contre les musulmans. Des milliers de victimes. Durée: 2 siècles.

    Les guerres dites saintes. Le christianisme a fait de soi-disant guerres saintes aux Cathares, aux Albigeois, aux Vaudois. Des milliers de victimes. Durée: 1 siècle.

    L'Inquisition. Des papes ont institué l'Inquisition et la torture. Des dominicains ont été les inquisiteurs. Le christianisme a torturé et brûlé vif des milliers d'innocents. Durée: 6 siècles.

    La chasse aux sorcières. Le christianisme a torturé et brûlé vives environ 100 000 femmes. Durée: 2 siècles.

    Les guerres de religion. Les catholiques et les protestants se sont entretués par milliers, Durée: 2 siècles.

    La Grande Excommunication. Le pape et le patriarche ont excommunié tous les chrétiens de la planète pendant 911 ans. Le pape Paul 6 et le patriarche Athénagoras ont mis fin à cette horreur en 1965. Des millions de victimes. Durée: 9 siècles.

    Les deux colonialismes. Des Européens chrétiens sont responsables d'un colonialisme barbare en Amérique et d'un autre en Afrique. Des millions de victimes. Durée: 4 siècles.

    Les deux guerres mondiales. Des protestants et des catholiques ont été responsables de ces deux guerres barbares. 60 millions de victimes. Durée: un demi-siècle.

    Le massacre des Serbes. En 1941, des Croates catholiques ont exterminé sauvagement 400 000 Serbes orthodoxes.

    Le génocide du Rwanda. Des catholiques se sont entretués sauvagement. Un million de victimes. Durée: trois mois.

    Les menaces de l'enfer. Le christianisme a terrorisé des millions de chrétiens, surtout des enfants, avec ses menaces de l'enfer. Des millions de victimes. Durée: 20 siècles.

    La misogynie. Le christianisme a méprisé et maltraité les femmes. Des millions de victimes. Durée: 20 siècles.

    La pédophilie. Des prêtres ont violé des enfants et l'Église a protégé ces prêtres. Des milliers de victimes. Durée: 20 siècles.

    La persécution envers les homosexuels. Le christianisme a torturé et tué les homosexuels. Des milliers de victimes. Durée: 20 siècles.

    La canonisation d'assassins. Le christianisme a canonisé des centaines d'assassins. Des milliers de victimes. Durée: 20 siècles.

    Les crimes actuels du christianisme

     

    26 pays chrétiens pratiquent encore l'esclavage, surtout celui des enfants.

    L'Église protège toujours des prêtres accusés de pédophilie. Les papes Jean-Paul 2, Benoît 16 et François peuvent être accusés de crime contre l'humanité parce que la pédophilie est reconnue comme telle par l'ONU.

    L'interdiction du condom. Des milliers de femmes et d'enfants meurent du sida répandu par cette interdiction.

    L'interdiction de la contraception. Des milliers d'enfants sont mis au monde alors que les parents sont incapables de les nourrir, de les soigner, de les faire instruire. Certains d'entre eux finissent esclaves.

     

    On pourrait encore allonger cette liste déjà suffisamment accablante. Ce sont des faits historiques indiscutables qui sont le prolongement criminel de la Bible.


  •  

     

     

     

    La terre dite sainte est l'endroit minuscule au sein de l'Univers,un petit territoire du Proche Orient.

    Cette terre se situe entre la méditerranée,le désert du Sinaï et les montagnes du Liban.

    C'est dans ce territoire que les croyants imaginent l'histoire du salut humain.

    Cette terre a d'abord été colonisée par Abraham,le père dit des croyants mais qui était prêt à égorger son fils Isaac,ceci par l'ordre imbécile de son dieu qui par la suite a retenu son bras et lui a présenté un bélier à égorger.Une histoire où coule le sang.

    Abraham le colon,venait d'Ur en Mésopotamie,l'actuel Irak.

    Puis le dieu  YHWH fit miroiter une terre dite promise,cette Judée Samarie,appelée par la suite Palestine par Jules César,en l'honneur des envahisseurs Philistins ,marchands installés sur la côte Est.

    Une terre convoitée où coule le lait et le miel.Mais Moïse,venant d'Egypte,tout imprégné du culte monothéiste du roi renégat Egyptien Ahkénaton,en errance pendant 40ans dans le désert ne put mener à bien sa mission pour se gorger de lait et miel.

    Pour cela,il délégua à son aide et successeur Josué ou Jésus en Grec et en langue latine,le soin de prendre possession de cette terre.

    Le première résistance des Cananéens fut Jéricho et Josué extermina toute la population,à l'exception  d'une prostituée appelée Rahab.

    Puis Josué extermina tous les Cananéens pour laisser la place libre aux hébreux.

    Ce fut le premier génocide de l'Histoire.

    Ensuite, on inventa un certain Jésus,continuateur de Josué mais pacifique,une histoire constituée de mythes païens,d'extraits tordus de l'ancien testament,mélangés à l'expérience mystique des moines Esséniens.Ces moines qui ont laissé les documents de la Mer Morte ignoraient tout  d'un certain Jésus,mais par contre honoraient un certain  Maitre de Justice ou Melki-Tsedeq.Melki-Tsedeq est mentionné dans les psaumes ,puis  il a été repris dans le nouveau testament dans l'épître aux hébreux où le nom du nouveau Jésus mythique y a été accolé.

    C'est pourquoi,la prédication évangélique essentielle de cet apôtre mythique a été de proclamer son message cardinal."Chercher le Royaume de Dieu et sa Justice."

    Le mot Justice se dit TSEDEQ en hébreu et le Royaume ou Roi est MELECH.

    De Melech,roi est issu Melki qui veut dire "mon roi".

    Mais ce roi est sans généalogie,dans les psaumes et l'épître aux hébreux.Il n'a ni père ni mère.

    Mais chez les hébreux patriarcaux,la Déesse devient un Dieu.Cette fiction  est la reprise ,mais déviée du culte Egyptien de Mâat,la Déesse Justice et Vérité,épouse de Shou,le souffle lumière.

    D'ailleurs,le mot hébreu AMET,qui signifie Vérité est tiré de l'Egyptien Mâat.

     

    Puis voici qu'on offre aux pèlerins béats,le lieu où est né Jésus.

    C'est l'Eglise de la Nativité,que la mère de l'empereur Constantin,Hélène,dite Sainte Hélène,a fait construire.

    A l'intérieur,sur le sol est dessinée une grande étoile multicolore qui indique au pèlerin l'endroit exact où Jésus est né.

    Sur la gauche est une petite excavation, qui,occupée par une foule d'italiens,chantant des psaumes à tue tête ne m'a pas permis d'examiner les lieux.  

    L'empereur Constantin s'est soit disant converti au christianisme,mais par pur opportunisme.C'est ce chrétien nouveau qui fit périr son fils Crispus et tua son épouse Fausta.

    C'est ainsi que le criminel Constantin fit bâtir l'église du St Sépulcre,censé abriter le tombeau du Christ.

    En fait de tombeau,au milieu de cette église ,s'élève un petit édicule,surmonté par un  toit .On y accède en descendant quelques marches et par une porte très basse.

    On aperçoit au milieu,une vulgaire construction rectangulaire,couverte de marbre et haute d'un  mètre environ.Il est interdit de photographier.On est prié d'en faire rapidement le tour et de sortir précipitamment.Car il y a une foule immense qui attend et curieusement composée de chinois.

    On se demande bien où est passé  le  trou percé dans le roc,donné comme sépulture à Jésus par Joseph d'Arimathie.

    Ce nom d'Arimathie est encore une arnaque religieuse car en hébreu cela signifie,après la mort.En effet,après la mort,on enterre et ce nom est le bienvenu pour l'histoire.

    Et voici le lieu de baptême du prétendu Jésus.

    La littérature ainsi que les voyages organisés catholiques en terre dite sainte présentent le site QASR EL YAHOUD,comme le lieu du baptême ce Jésus dans le Joudain.

    C'est le cours inférieur du Jourdain,à l'est de Jéricho,une rivière séparant les territoires palestiniens administrés par Israël et la Jordanie.

    Ce lieu est considéré par la tradition juive,comme celui où Israël sous la conduite de Josué a traversé pour entrer en Canaan.

    Ce nom est traduit par la littérature courante,comme "le château des juifs"

    Or,en hébreu,le mot château a une toute autre définition,se reporter aux dictionnaires adéquats.

    Par contre QSHR signifie trahison,conspiration,conjuration.

    En hébreu QSHR EL YAHOUD signifie :trahison des juifs,conjuration contre les juifs.

    De cette minuscule rivière qui affleure à la terre et n'a aucun lit profond,n'a pu être plus grande ni plus profonde au temps de Josué.

    Et on se demande bien comment Josué a pu faire refluer les eaux vers le haut,vers le lac de Tibériade et vers le bas,vers la mer morte, pour passer à pied sec alors que cette petite rivière se traverse aisément en trois pas.

    Mais il est vrai que Josué était tellement fort qu'il a pu arrêter le cours du soleil .

    De plus,le soleil étant fixe et la terre tournant autour,Josué était vraiment l'as des as,pour arrêter le cours d'une planète fixe.

    Les guides touristiques sur place sont formés par les franciscains.Il n'y exposent que la foi catholique.Les franciscains sont arrivés avec les croisés et discrètement mêlés aux foules,par leur pauvreté volontaire,ils ont survécu sur place à toutes les invasions.

    Une fois par jour les moines franciscains montent la voie raide montante appelée via dolorosa en portant la croix de jésus jusqu'au St Sépulcre.

    Quelques savants soulignent également que les franciscains sont à l'origine,de l'idée fortement ancrée chez les catholiques du peuple hébreu comme peuple déïcide.C'est un antisémitisme toujours aussi vivace surtout dans les milieux intégristes.On nous présente ,François d'Assise comme le patron des écologistes,pour son amour des petits moineaux.Mais on oublie que ce catho écolo a été en Judée Samarie et y a soutenu les croisés,avec tous leurs crimes.

    Il faut souligner aussi le rôle des curés accompagnateurs.Sans doute il en existe d'intelligents, de sensés et de cultivés.

     

    Mais mon expérience en terre dite sainte m'a plutôt montré le contraire avec un accompagnateur abbé,se faisant appelé père,ce qui est interdit dans l'Evangile :

    "N'appelez personne père car vous n'avez qu'un  père  qui est dans les cieux,ni maître,car vous n'avez qu'un seul maître Jésus Christ et vous êtes tous frères."

    Cette féodalité de la curetaille s'est toujours fait sentir.Le pape est le roi universel et il est infaillible,donc eux aussi.

    En l'occurrence,sur le sujet  un curé pachyderme dont la graisse a du lui monter au cerveau qui fait des remontrances inintelligentes et désobligeantes à des adultes comme s'ils étaient des enfants.

    Et qui en plus décoiffe comme une gifle celui qui a eu le malheur d'oublier une fois d'enlever son couvre chef ,en le faisant voler par terre,lors d'une visite dans une église.

    L'esprit de cruauté et d'inquisition n'est pas mort dans l'église catholique.

     

    Cette royauté soit disant de droit divin n'est qu'une immense hypocrisie et une mascarade,pour un public trop naïf  ou abruti par des dogmes absurdes qui sont une insulte au bon sens et à l'intelligence humaine.





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique